Le Parc National de Port-Cros

Le Parc National de Port-Cros

Le Parc National de Port-Cros : un véritable sanctuaire sous-marin

Le Parc national de Port-Cros, premier parc national marin en Europe, a été créé en décembre 1963. Il s’étend sur 700 ha de superficie terrestre, avec les îlots de Bagaud, du Rascas et de la Gabinière et 1300 ha en mer.

Le Parc national de Port-Cros, premier parc national marin en Europe, a été créé en décembre 1963. Il s’étend sur 700 ha de superficie terrestre, avec les îlots de Bagaud, du Rascas et de la Gabinière et 1300 ha en mer.

Espace témoin, il rassemble un grand nombre des espèces terrestres et marines caractéristiques de la Méditerranée occidentale : Banc de sar, Mérous, bancs de Corbs, le Doris Géant, la grande sériole, le poisson lune, le chapon, la murène, la baudroie, l’araignée de mer, le poulpe, les barracudas, le gorgonocéphale, la grande nacre, l’oursin, banc d’Anthias, Gorgone rouge, Méduse rhisotoma….

Classé parmi les premiers sites de plongées mondiaux et première destination du sud de la France, le parc national invitent à la découverte des fonds marins préservés.

La charte du Parc National de Port Cros

La première charte de la plongée française fut signée en 1994, à Port-Cros. Une vingtaine d’établissements s’engageaient alors volontairement à limiter la fréquentation sur site, et à veiller à ce que le comportement des plongeurs soit respectueux de l’environnement sous-marin. Depuis, les principes de cette charte sont repris dans toute la France. Pour plonger à Port-Cros, il est obligatoire d’y souscrire : « Ici on s’engage à plonger responsable, partout… et aussi ailleurs ».

La charte complète du parc national de Port-Cros !

UN OUTIL MAJEUR

Obligatoire depuis 2004, la signature de la charte par les professionnels et les pratiquants permet de :

  • Réglementer les activités de plongée : limitation des effectifs
  • Définition des modalités de plongée : restrictions sur certains sites
  • Verbalisation en cas d’infractions
  • Responsabiliser les pratiquants :
  • Développement des actions pédagogiques
  • Informations sur la sensibilité du milieu· Favoriser les bonnes pratiques
  • Impliquer les professionnels et les clubs locaux
  • Développement de la concertation
  • Collaboration à la surveillance du milieu
  • Participation à la réévaluation et au bilan de la Charte, effectués chaque année.

Laisser un commentaire