plongee-icon
Le Printemps à Bormes
Plonger à Bormes les Mimosas
02
Plongée sous-marine

Bormes les Mimosas, la destination plongée !

Prenez le temps de vous offrir une expérience inoubliable dans les plus beaux sites de Méditerranée.Découvrez une faune riche de mérous, barracudas, daurades royales, poissons lune et bien d’autres espèces encore. Admirez la flore sous-marine variée et colorée avec ses tombants de gorgones, ses éponges, son corail…. Vivez les plus belles plongées de Méditerrannée, vous êtes entre la baie de Cavalaire et la presqu’île de Giens, face au Parc national de Port Cros. Les enfants pourront bénéficier de baptêmes gratuits à partir de la plage lors de « Sports en lumière » en juin. Des tarifs promotionnels sont offerts à tous, petits et grands lors du « Festival de la plongée sous marine » en octobre.

Gregoire Koulbanis

Scientifique et plongeur professionnel

Notre Monsieur « Plongée »

Scientifique et plongeur de grande renommée, Gregoire Koulbanis a sillonné les mers du monde entier à bord de la mythique Calypso du commandant Cousteau.

Installé sur le port depuis quelques années et président du Festival de plongée de Bormes les Mimosas, nous sommes allés à sa rencontre afin qu’il nous parle de la pratique de la plongée au printemps à Bormes les Mimosas.

FAQ

Les conseils de Grégoire

Grégoire Koulbanis, notre scientifique et plongeur professionnel, répond à vos questions !

Oui, bien sûr tous les centres de plongée sont ouverts. La saison est formidable : la température de l’eau est bonne comme la visibilité. En plus, il y a moins de monde que durant la période estivale, donc les plongeurs disposent de plus de place sur les bateaux.

Oui, que se soient les épaves, les roches ou encore les plongées dans le parc national de Port-Cros, tous sont praticables. Bien entendu, le vent d’est, ou au contraire le Mistral peuvent restreindre l’accès à des sites. Mais ceci est vrai durant toute l’année.

Non pas seulement. Les conditions sont très favorables à ceux qui désirent s’initier à cette activité. Mais aussi l’époque est très propice pour suivre des stages de perfectionnement, soit pour passer des niveaux supérieurs en plongée, soit alors pour acquérir d’autres compétences techniques comme la plongée sur épave ou la vidéo sous-marine.

Le Spahis, une épave à des profondeurs raisonnables. En effet belles, attirantes, mystérieuses, envoûtantes, les épaves sont hélas bien souvent hors de portée des plongeurs débutants. Grégoire en a sélectionné une d’entre elle, située à des profondeurs raisonnables accessibles aux petits niveaux : Le SAPHIS

Le Spahis était un bâtiment en fer de 52 m de long jaugeant 526 tonneaux et possédant une machine de 125 CV qui lui permettait d’atteindre 8 nœuds. Lancé en 1864 à La Seyne sur Mer il fut exploité par la Compagnie « Morelli » comme transport de passagers jusqu’à la nuit fatidique du 9 octobre 1887.Aveuglé par la tempête il sombra corps et âme après avoir percuté de plein fouet I’ ilot de la Fourmigue. La plongée débute au pied de I’ ilot situé au centre de la rade de Bormes les Mimosas en se dirigeant vers le cap Bénat. Vers 10 m de nombreux débris éparpillés témoignent de la violence du naufrage. On y découvre les restes de la chaudière du navire. En poursuivant la descente au pied d’un éboulis rocheux ce qui reste de l’arrière du bateau, amas de tôles enchevêtrées est survolées par une quantité invraisemblable de girelles et de Castagnole. En contrebas vers 20 m une silhouette se dessine : I’épave du Spahis. L’exploration se poursuit jusqu’au pont ou trône un gros cabestan central. Le bois du plancher a totalement disparu laissant les barreaux à nu. Ces structures où évoluent sars, saupes et dorades représentent un merveilleux décor pour le photographe qui bénéficie ici de la lumière ambiante. Dresses vers le soleil les bossoirs du navire sont encore en place Entrer dans I’épave même à plusieurs ne représente aucune difficulté. En se retournant la vision de ce vieux vapeur nimbé de lumière couche dans son linceul de sable blanc a quelque chose d’émouvant. Mais avec le temps la mer a su transformer ce lieu de tragédie en véritable micro-jardin sous-marin qui sert de refuge à une faune abondante et variée. Chapons, langoustes, congres, murènes, corbs et même mérous habitent aujourd’hui le Spahis lui donnant une seconde vie.

Les autres activités printanières...